Par Suzanne Asselin

C’est un fait indéniable. Si L’espoir, c’est la vie a pu soutenir des dizaines de milliers de patients et leur famille depuis 40 ans, c’est grâce à l’apport financier de nombreux donateurs, issus de tous les horizons. Alex Trichas et ses cousins Chris, Nick et André Dimopoulos, propriétaires de la prospère compagnie Pièces d’auto Dorval, Sources et Saint-Henri en sont un brillant exemple.

Mais d’où vient cette motivation d’embrasser la cause du cancer? « Il y a plusieurs années, la conjointe d’un ami a succombé au cancer, après deux ans de mariage. Chaque année, après son décès, son mari organisait un tournoi de golf en l’honneur de sa femme, Linda Saab, afin d’amasser des fonds pour soutenir les personnes atteintes de cancer. Mais il n’existe plus. Nous y participions activement. », explique Alex Trichas. « Comme beaucoup de gens, j’entends souvent parler de quelqu’un qui est touché par le cancer. C’est pourquoi j’ai décidé de continuer à soutenir cette cause. »

Alex Trichas n’est pas un néophyte pour les levées de fonds. Originaire d’un petit village du Péloponnèse, au sud de la Grèce, il y possède une maison qui jouxte une église. Il y a plusieurs années, un oncle avait cédé un terrain afin d’abriter une ambulance qu’il avait achetée pour les gens du village. « Ma famille et moi voulions également honorer son engagement. Nous leur avons donc proposé de rénover leur église, laquelle s’était vraiment dégradée au fil des décennies. C’était la première fois que nous organisions une levée de fonds. » Alex Trichas et sa famille ont réussi à amasser la rondelette somme de 35 000 euros et les villageois y ont ajouté leur contribution. Peu de temps après son arrivée à Montréal, en 1950, cet oncle a aussi parrainé des compatriotes grecs et les a aidés à immigrer et à s’y installer.

Fort de cette expérience, Alex Trichas mettait sur pied, il y a 14 ans déjà, une levée de fonds pour soutenir les personnes atteintes de cancer. « Ma femme voulait participer à l’événement «Weekend to End Breast Cancer» organisé par l’Hôpital Général Juif. Je lui ai plutôt proposé un marchethon au profit de l’Espoir, c’est la vie », raconte-t-il. Alex Trichas s’était fixé la modeste somme de 10 000 $. Avec l’aide de ses cousins, il a réussi à en amasser        26 000 $!

Au fil des ans, fournisseurs, famille, amis, collègues et employés ont participé activement à cette levée de fonds qui attire des centaines de personnes. « Nous organisons tout de A à Z : la publicité et le marchethon, qui se termine par un BBQ et des prix aux participants.» L’entièreté des fonds est remise à L’espoir, c’est la vie, spécifiquement au programme d’exercice en oncologie pour les patients qui fréquentent le Centre de bien-être. « Nous l’avons visité avec des employés et nous sommes très heureux de constater les résultats concrets. Certains patients reprennent des forces en s’entraînant pendant plusieurs semaines afin, eux aussi, de participer à notre marchethon annuel.»

Alex Trichas est très fier d’avoir réussi à amasser près 800 000 $ à ce jour, et il compte bien poursuivre cet engagement encore longtemps.  « J’espère que mes enfants, à leur tour, continueront à soutenir cette cause. » Il est très touché d’avoir reçu une lettre de L’espoir, c’est la vie le remerciant, ainsi que son organisation, pour les fonds amassés virtuellement l’an dernier, soit près de               70 000 $ et ce, malgré la pandémie. Un signe évident que ce remarquable donateur et son équipe sont toujours à pied d’oeuvre pour soutenir leur cause.

Alex Trichas espère pouvoir reprendre le marchethon cette année, comme d’habitude : au parc Saint-Maxime dans le quartier Chomedey, à Laval, le dimanche 12 septembre, si les autorités sanitaires le permettent. L’invitation est d’ores et déjà lancée.