Ensemble en esprit

Avec la pandémie de COVID-19 qui bouleverse leur vie et leurs plans, ils auraient pu répondre :’’ Désolé, mais pas cette année.’’ Mais donnons-leur le crédit et rendons grâce à leur bonne fortune, nos amis, Alex Trichas et ses associés Nick, Chris et André Dimopoulos, à la tête de la compagnie familiale Groupe Dorval-Sources-St-Henri, tous sont restés déterminés à tenir leur marchethon annuel pour financer le Programme d’exercice et de réadaptation en oncologie de L’espoir, c’est la vie, tradition remontant à 13 ans et bien trop forte pour pouvoir être rompue.

« Le cancer ne s’arrête pas pour la COVID-19.  Les besoins sont immenses, peut-être même plus qu’avant, en raison de l’isolement et des bouleversements causés par la pandémie », a déclaré Alex.  Après avoir longuement consulté le personnel de L’espoir, c’est la vie, lui et sa famille ont décidé de préparer un plan de levée de fonds qui respecterait les mesures de sécurité pour la santé.

Réunir plus de 200 marcheurs dans le Parc St-Maxime de Chomedey au beau milieu d’une pandémie aurait pu être décourageant. Il fallait aussi renoncer à la petite tasse de café grec, aux délicieuses pâtisseries offertes avant la marche, renoncer au barbecue si appétissant de midi, préparé par Gus Anagnostaras et son équipe, renoncer à la loterie aux prix convoités. En lieu et place, on demandait aux participants de faire 7 km, chacun seul ou dans une bulle, soit dans leur voisinage, soit dans leur parc préféré ou sur des sentiers pédestres.

Le 13 septembre 2020, de bon matin,  dans toute l’île de Montréal et au-delà, les participants ont fièrement marché le long de l’itinéraire de leur choix.  Même la petite pluie qui est tombée en fin de matinée ne les a pas découragés.

La COVID-19 n’a pas non plus empêché la famille Calderon de se diriger vers le Parc St-Maxime pour marcher en mémoire de leur mère et grand-mère, Rosa Maria Cisneros, elle qui aimait faire de l’exercice dans le gymnase de L’espoir, c’est la vie et qui est décédée en 2018, triste coïncidence, deux semaines avant la marche.  Sa famille lui a promis de continuer à marcher  chaque année en souvenir d’elle, afin de soutenir une cause qui lui tenait tellement à cœur.

Une autre survivante du cancer, Paula Shuster, participante fidèle de ce marchethon annuel, nous a expliqué pourquoi, pour rien au monde, elle ne le manquerait : « Le Programme d’exercice et de réadaptation en oncologie m’a été d’un grand réconfort pendant mon parcours de survivante du cancer. Je crois fermement que l’exercice est le secret qui m’a permis de rester forte, solide et en bonne santé. »

« Notre récompense, fait remarquer Alex, c’est de voir l’enthousiasme et la motivation de tous.  Bien que nous n’ayons pas pu marcher ensemble physiquement, nous étions ensemble en esprit. »

Pour voir les photos et la vidéo, cliquez ici..